Pour répondre à cette question, il faut la formuler à l’envers. Et si les syndicats n’existaient pas ?

Bon nombre d’avancées sociales majeures n’auraient jamais vu le jour. Ces acquis sociaux concernent tous les travailleurs en général. Mais ceux qui décident de s’unir nombreux dans des collectifs forts, obtiennent encore plus d’acquis qui touchent le travail et la vie quotidienne.

A Bibus, nous avons cette chance d’avoir une puissance syndicale depuis des décennies. Nous pouvons comparer notre situation, de retraités ou d’actifs, avec d’autres réseaux ou d’autres entreprises. Aussi, parce que la CFDT a toujours pratiqué un syndicalisme de masse avec ses centaines d’adhérents. Cette puissance reconnue et validée par les salariés aux élections, permet de faire front face au pouvoir de l’exploitant du réseau et à l’autorité organisatrice.

Synd a sert rien